La recherche d’un nouveau directeur général pour la Barclays est lancée. Les candidatures pourront aussi bien être présentées par des salariés du groupe que par des postulants extérieurs, a signalé ce matin un communiqué de presse.

Face à une pression exacerbée, Bob Dimond a donc préféré jeter l’éponge.« La pression exercée sur Barclays a atteint un niveau qui risque d’endommager la franchise. Je ne peux pas laisser cela arriver » a déclaré M Diamond.

Lundi, le président de l’institution bancaire, Marcus Agius avait déjà indiqué son intention de quitter la Barclays pour traduire l’endossement de sa responsabilité dans l’affaire de manipulation du taux Libor (le taux de refinancement sur le marché interbancaire)  qui a couté la semaine dernière à la firme 453 millions de dollars. (Voir l’article)

M Agius avait alors tenté de détourner l’attention des autorités et des actionnaires de l’évolution du sort de M Diamond, soulignant que l’affaire devait prendre fin avec son départ. M Agius est même allé jusqu’à démissionner de son poste de président de l’Association des banquiers britanniques (la British Bankers' Association).

Cependant, Bob Diamond en a finalement décidé d'agir  autrement de manière à restaurer une certaine confiance dans le management de la banque.

A ce jour, Antony Jenkins, qui dirige la branche “retail” de la Barclays et Rich Ricci qui pilote la banque d’investissement sont vus comme les favoris à la succession de Bob Diamond.

Le ministre des finances britannique, George Osborne, a salué la décision de M Diamond. «C’était la bonne décision à prendre pour la banque et la bonne décision à prendre pour le pays. Nous pouvons espérer que cette décision marque un premier pas vers une nouvelle ère de responsabilité au sein du secteur bancaire britannique».