Le taux d’emprunt sur le marché interbancaire en euro, l’Euribor, à trois mois a atteint un niveau record de 0,451%.
Parallèlement, le taux d’emprunt sur le marché interbancaire en dollar, le Libor a atteint 0,452% pour la même période de financement.

C’est la première fois que l’Euribor se situe en dessous du Libor depuis le 3 janvier 2008. Avant cela, la dernière fois que le taux Euribor était passé en dessous du taux Libor c’était le 18 décembre 2007.

Cette configuration s'explique principalement par la récente intervention de la Banque centrale européenne. 
Effectivement, l'Euribor a trois mois a perdu 19 points de base (1,9%) depuis que la BCEa abaissé son taux de rémunération des dépôts à 0 le 5 juillet dernier dans le but de dissuader les banques à parquer leur argent et de les inciter à prêter. L'Euribor a ainsi reculé neuf jours consécutifs depuis l’action de la BCE.

Les banques auraient retiré plus de 500 milliards d’euros des dépôts de l'institution monétaire. Une partie de ces fonds auraient été utilisées pour prêter sur le marché interbancaire en euros.

Parallèlement, le Libor est resté, quant à lui, relativement stable reflétant la stabilisation du taux directeur de la Fed.

Les contrats futurs semblent signaler que le taux Euribor devrait encore baisser. Les contrats à échéance septembre tablent sur un taux à 0,365%.

Au-delà du taux Euribor à trois mois, les taux Euribor d’autres échéances se sont également contractés. Ainsi le taux à six mois est passé de 0,748% à 0,743%.

Les taux Euribor et Libor se trouvent être aujourd’hui au cœur d’un scandale de manipulation. La fixation de ces taux découle d’un sondage réalisé auprès de plusieurs banquiers, d’une part par la Fédération bancaire européenne, d’autre part par la British Bankers’ Association, l’Association des banquiers britanniques.

Certaines de ces banques auraient fait de fausses déclarations de manière à minimiser la situation financière délicate dans laquelle elles se trouvaient au paroxysme de la crise de 2008 et afin de dégager des bénéfices sur les produits financiers dont les prix étaient étroitement liés aux taux Libor et Euribor.