Crédit Agricole poursuit sa campagne d'Italie. La banque verte a trouvé un accord avec le Fonds interbancaire de garantie des dépôts italien en vue du rachat de trois banques régionales, les caisses d'épargne de Cesena, Rimini et San Miniato.

La banque française déboursera 130 millions d'euros pour des participations supérieures à 95% dans les trois établissements. Les discussions engagées au printemps et qui se sont poursuivies tout l'été ont permis d'aboutir à un schéma relativement sain pour la banque française. En effet, celle-ci ne reprendra pas 3 milliards d'euros de "crédits non performants" détenus par les caisses. Ces créances douteuses seront titrisées et cédées à d'autres investisseurs. En outre, le Fonds de garantie des dépôts a accepté de recapitaliser les trois caisses afin d'aligner leurs ratios de fonds propres sur ceux de Crédit Agricole. Ces opérations ainsi que le rachat doivent être finalisés d'ici la fin de l'année.

La transaction permettra "aux trois banques de disposer d’une structure financière solide (et) à CréditAgricole Cariparma de contribuer au renforcement du système bancaire italien et de conduire une opération créatrice de valeur sur le long terme", indique le groupe français dans un communiqué. A court terme, elle aura un impact légèrement négatif sur son ratio de fonds propres durs (-0,1%) tout en lui permettant d'élargir d'environ 20% sa base clientèle en Italie.

Implanté principalement dans les régions du nord de la péninsule, Crédit Agricole y réalise environ 18% de son produit net bancaire. Outre le septième réseau de banque de détail du pays, le groupe y développe sa gestion d'actifs. Sa filiale Amundi a finalisé fin juin le rachat de Pioneer Investments à UniCredit pour 3,5 milliards d'euros.