Quoi de plus ordonné, raisonné, construit, qu’une cantate de Jean-Sébastien Bach ? Il semblerait pourtant qu’il ait été d’un naturel fort soupe au lait, n’hésitant pas à tirer l’épée**.

Quoi de plus puissant et régulier que la période de croissance économique actuelle ? Aux Etats-Unis, la durée du cycle d’expansion actuel est en passe d’égaler les plus longs d’après-guerre, et, dans le monde, l’OCDE vient à nouveau de relever ses prévisions***. Pourtant, de crises géopolitiques en flash krachs obligataires, les investisseurs ne décriraient probablement pas l’atmosphère actuelle comme sereine, sur les marchés. C’est un exercice difficile de percevoir les tendances de long terme à travers le bruit quotidien. Au moins aussi difficile d’accès que l’Art de la fugue****. Mais ô combien moins mélodieux.

* Le clavier bien tempéré, Das Wohltemperierte Klavier, est l’une des pièces maîtresses de JS Bach, qui regroupe un prélude et une fugue dans chaque demi-ton de la gamme chromatique.
** Jeune homme, il s’est battu avec d’autres élèves puis, adulte, il a provoqué en duel un claveciniste concurrent, français qui plus est.
*** L’OCDE a revu ses prévisions de croissance économique mondiale 2018 de 3,7% (prévisions publiées en novembre 2017) à 3,8% (prévisions publiées le 13 mars 2018).
**** Die Kunst der Fuge, BWV1080, de Jean-Sébastien Bach

 
Bernard Aybran, Directeur de la multigestion Invesco Asset Management