Espace Financières - News, articles, interviews et dossiers

Une accentuation de la menace chinoise

Une accentuation de la menace chinoise

(Easybourse.com) Cette menace se veut militaire et économique.

Sur le plan militaire, un sentiment de peur semble s’être réveillé à l’encontre de la Chine. «La Chine qui était autrefois bornée par ses frontières intervient un peu partout, notamment en Afrique. Elle passe à l’offensive dans la mer de Chine», signale Josselin de Rohan, président de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées du Sénat.

«L’affaire récente des chalutiers qui a conduit le Japon à réviser sa
politique de défense démontre que la montée en puissance de l’Empire du
milieu ne laisse pas indifférent
», note Thierry de Montbrial, directeur général de l'Ifri, membre de l'Institut de France) étaient alors réunies pour dresser le bilan de l'état du monde à la fin de l'année 2010.

Le budget militaire de la Chine connaitrait selon certains une progression
de 15% par an et pourrait rattraper celui des Etats Unis dans dix ans.
«Quand on parle aux officiels indiens, les relations sont présentées comme
harmonieuses, aplanies. Officieusement les indiens ont peur des chinois. Une
confrontation entre les deux grands Etats n’est pas inenvisageable
», met en
garde M de Rohan.

Il ne faut pas sous estimer la valeur
militaire des chinois.

Ce dernier ajoute «je pense qu’il ne faut pas sous estimer la valeur
militaire des chinois. En 1962, les troupes chinois ont presque atteint le
Gange et les indiens ne sont pas des mauvais soldats. Le cas échéant, l’Inde pourrait vraiment avoir des raisons d’être inquiète
».

Sur le plan économique, la Chine représente toute la problématique du
protectionnisme. «Nous sommes allés beaucoup trop loin dans le transfert de
technologies
. La Commission européenne a mené une politique plus que
libérale qui va à l’encontre de nos intérêts
», remarque Axel Poniatowski, président de la commission des affaires étrangères à l'Assemblée nationale.

«Une position qui nous honore, jusqu’au point de tendre l’autre joue avant

Nous sommes allés beaucoup trop loin dans le transfert de technologies


même d’avoir pris la première gifle
», commente ironiquement Hervé Gaymard, député, membre de la commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale.

«Lorsqu’on voit le prototype du C 919, le premier avion commercial chinois,
on a l’impression de voir l’A 320. Airbus nous rassure en disant que ce
n’est pas très grave car l’important est de conserver l’avance technologique
: c’est un leurre de croire que nous conserverons toujours une avance
technologique face aux chinois. Des sociétés comme Danone ou Scheider ont
perdu à ce jeu là
», rappelle le président de la commission des affaires
étrangères de l'Assemblée nationale.

Pour lire la suite ...


Imen Hazgui

Publié le 07 Janvier 2011