Espace Financières - News, articles, interviews et dossiers

Les marchés sont-ils encore fous ?

Les marchés sont-ils encore fous ?

(Easybourse.com) Trois ans après le déclenchement de la crise, le Cercle des économistes et Nyse-Euronext ont organisé un débat réunissant de grands acteurs économiques et financiers pour déterminer si les marchés étaient enfin devenus raisonnables. A en croire économistes, opérateurs et entrepreneurs présents, si la régulation et la transparence sont toujours au centre des réflexions, l'opacité demeure bien trop souvent la règle dans nombre de places financières…

«Les marchés sont-ils devenus raisonnables ?» Epineuse interrogation à laquelle ont tenté de répondre un certain nombre de personnalités issues tant du monde universitaire que financier, invités mardi 8 février à l'université Paris-Dauphine par le Cercle des économistes et Nyse-Euronext.

Un bilan alarmant
Reste que la question induit une réponse nécessairement négative, eu égard aux exemples récents émaillant l’actualité. Ainsi, une trentaine de mois après la chute de Lehman Brothers, les banques font sans doute profil bas, présentant même un contrôle des risques plus sérieux, mais les paradis fiscaux, certes amendés, demeurent des «paradis», les Dark pools et autres instruments financiers exotiques existent encore et toujours, et les bonus des traders, moins extravagants, demeurent relativement élevés. Globalement, si des gestes concrets ont été faits, bien d’autres restent donc encore à accomplir.
Dominique Cerutti, actuel Directeur général adjoint de Nyse-Euronext, tire d'ailleurs la sonnette d'alarme :

D.Cerutti, DG adjoint de Nyse-Euronext, constate que presque tous les marchés sont aujourd'hui opaques
Pour l’économiste Olivier Pastré, les frustrations sont donc «immenses», qu’il s’agisse de la coordination des politiques monétaires internationales ou de la réforme des règles comptables et prudentielles, sans compter celle des agences de notation, des hedge funds et des marchés de gré à gré…

Olivier Pastré, économiste: les marchés ont besoin de régulation


Dirigés par ce dernier, les débats sont partis de cette observation : la volatilité augmente toujours sur les marchés ; la «procyclicité ne se réduit pas» ; certains marchés comme ceux des matières premières, notamment de l’or, tendent à s’emballer…
Bref, les conditions seraient toutes réunies pour que des «bulles financières à répétition se préparent.»

Avenir incertain
Et pourtant, ainsi que l’ont rappelé les membres du Cercle, «les quatre G20 qui se sont succédés ont semblé prendre les problèmes à bras-le-corps», mais comment faire «pour aller plus loin ?»
Aussi humbles soient-ils, les organisateurs des débats espèrent que leurs contributions sauront être «un guide pour la présidence française du G20», en esquissant «les voies possibles d’une régulation de la finance mondiale qui devrait permettre à celle-ci de jouer le rôle qu’elle n’aurait jamais dû trahir : celui de gérer au mieux l’épargne et de financer la croissance et la création d’emplois.»

Ambitieux projet qui n’épuise pas les questions ni les doutes sur les capacités de chacun à imposer une véritable régulation aux marchés financiers dont le rôle reste de permettre à des projets de se développer pour le bien de tous.
Nicolas Sandanassamy

Publié le 14 Février 2011

OK, tout accepter
Fermer