Espace Financières - News, articles, interviews et dossiers

Petites et moyennes valeurs : les thématiques à privilégier

Petites et moyennes valeurs : les thématiques à privilégier

(Easybourse.com) Les thèmes à privilégier, les sous pondérations et surpondérations, seront fonction des anticipations que l'on a sur le marché eu égard à l'environnement économique. Est-ce que le marché sera défensif, cyclique ? Ne vaut-il pas mieux opter davantage pour les valeurs technologiques ?

Pour l'heure, trois thématiques mériteraient une attention toute particulière. Tout d’abord la thématique de la consommation dans les pays émergents semble plus que pertinente. «Si la croissance de la Chine a vocation à ralentir, les autorités du pays entendent renforcer la classe moyenne. Dans cette thématique, nous aimons beaucoup Seb qui fait plus de 50% de son chiffre d’affaires dans les pays émergents, Piaggio qui délivre plus de 30% ses profits en Inde et en Asie, Ipsos qui fait 30% de son chiffre d’affaires chez les émergents» constate Diane Bruno, gérante actions au sein de Mandarine Gestion.

Une autre thématique est la consommation sur Internet. Sur cette ligne, nous trouvons Asos ou Delticom.

Une dernière thématique concerne l’économie et la sécurité énergétique. Les normes environnementales et les normes qui ont trait à la protection se veulent plus strictes. «Beaucoup d’équipementiers automobiles et d’équipementiers pétroliers sont concernés. En cela, nous pouvons mentionner une société comme Rheinmettall, une société allemande dont la division automobile fabrique des des pièces permettant d’améliorer la performance énergétique des moteurs. Dans le parapétrolier, nous trouvons Shoeller Bleckmann, une société autrichienne qui bénéficiera des réglementations plus strictes sur l’exploitation les champs pétroliers en offshore profond. Nous avons également Bureau Veritas en France qui est présent dans les activités de contrôle qualité» déclare la gérante de Mandarine Gestion.

Privilégier les secteurs qui auront toujours de la visibilité, de la croissance même dans un environnement économique compliqué pourrait constituer un autre bon plan. De l’avis de Sébastien Korchia gérant de Meeschaert AM, ce serait le cas des maisons de retraite. «La population vieillit, elle est de plus en plus dépendante. Les maisons de retraite doivent forcément être présentes dans un portefeuille de small et mid caps».

Dans tous les cas, quelles que soient les thématiques retenues, le maître mot est diversification. «Trop souvent, des portefeuilles sont majoritairement, si ce n’est entièrement, constitués de titres comme Nicox ou Exonhit. Il faut répartir les risques. Même si l’on a l’impression d’avoir une très bonne idée ou une très bonne pépite, une société donnée ne peut pas représenter plus de 10% d’un portefeuille. Les small et mid caps sont plus ‘monométier’, et donc plus sensibles aux premiers clients ou aux premiers fournisseurs. De multiples exemples le démontrent. Ces derniers jours, une société comme LeGuide.com spécialisée dans la comparaison des prix sur Internet s’est effondrée en bourse. Cette société était une très belle société cotée sur Alternext qui s’inscrivait dans un métier profitable, facile à saisir. Cependant, il a suffit que Google sorte un nouvel algorithme qui pénalise ce type d’activité pour que le titre soit très affecté» avise Sébastien Korchia.

Un prisme franco-français

Un particulier qui va vers les small et mid caps se doit, selon certains observateurs, d’être très franco français. En cause le suivi régulier de l’information. «L’information sur les small et mid est donnée au compte goutte. Elle n’est pas toujours facile à détenir et est parfois laconique. Si on va à l’étranger chercher des small et mid caps, on aura l’information tardivement et une partie de cette information se sera perdue au moment du passage des frontières. Il n’est pas évident d’avoir un retour d’une assemblée générale d’une petite et moyenne valeur à l’étranger. Avoir une appréciation du management à l’étranger est également plus compliqué. Les acteurs locaux auront toujours une longueur d’avance sur les acteurs internationaux» met en garde le gérant de Meeschaert AM. Mieux vaut alors pour le particulier qui souhaite à tout prix jouer les small et mids caps internationales passer par un fonds.

«Parmi les principales positions de notre fonds européen, nous trouvons la société française Saft qui a connu une petite correction il y a quelques jours en raison d’une joint venture établie avec une société américaine Johnson Controls. Saft est spécialisée dans les batteries et la joint venture était destinée au montage d’une unité de production de batteries pour les voitures électriques. Il y a eu une décision d’abandon de ce partenariat qui a conduit à un peu de défiance de la part des investisseurs. La correction a constitué pour nous une opportunité pour renforcer notre position» signale Yves Maillot, directeur des investissements et de la gestion actions de Robeco Gestion.

«Dans notre fonds français, nos principales positions sont Ipsos, Zodiac et Sopra» indique de son coté Diane Bruno.

Imen Hazgui

Publié le 06 Juin 2011

OK, tout accepter
Fermer