« En Allemagne, il n'y a ni ISF (ndlr : impôt sur la fortune) ni bouclier fiscal, et pourtant l'économie est florissante ».

Le constat dressé par le ministre du Budget, François Baroin, n'a rien d'anodin. De nombreux fiscalistes considèrent en effet que la suppression de l'ISF en France, et son remplacement par une nouvelle tranche d'impôt sur le revenu réservée aux catégories les plus riches, contribuerait à une plus grande efficacité du système.

Surtout, elle rendrait inutile le fameux bouclier fiscal créé en 2007 par le gouvernement Villepin puis renforcé par Nicolas Sarkozy, dont l'effet s'avère désastreux dans l'opinion publique. L'option choisie par les Allemands est « une source d'inspiration » pour le gouvernement français, a précisé le ministre du Budget hier sur Europe 1.

D'autres réflexions sont engagées pour permettre une plus grande convergence de la fiscalité entre les deux pays, en particulier en matière d'imposition des sociétés, de taxation des hauts revenus du patrimoine et des activités numériques, et de TVA, a-t-il ajouté. La Cour des comptes rendra fin septembre un pré-rapport sur ces questions.