Nouvelle offensive contre le Contrat à durée indéterminée (CDI). Le très influent cerclede reflexion Institut Montaigne a publié une liste de propositions pour l'emploi des jeunes et des seniors. L'institut propose la suppression du contrat çà durée déterminée au profit d'un CDI plus flexible. D'obédience libérale, le cercle de reflexion juge ce contrat de travail trop rigide et en inadéquation avec les besoins des entreprises.

"Le CDI présente aujourd'hui une rigidité inadaptée, compte tenu de la souplesse exigée des entreprises par le marché et de l'évolution souhaitable des carrières professionnelles" peut-on lire dans le document.

Pour l'institut créé par Claude Bébéar, les dispositions actuelles du contrat de travail sont telles qu'une entreprise ne peut engager des ajustements qu'en cas de situation économique "obérée". Une façon de dire que lorsqu'une entreprise a le moyen juridique de s'engager sur une restructuration, il est déjà souvent trop tard.

L'institut Montaigne suggère un contrat plus souple où les conditions de rémunérations comprennent une part fixe, et une autre part variable. Celle-ci pourra s'adapter à l'activité de l'entreprise, un nouveau client ou un nouveau chantier. Cette partie variable pourrait s'achever à la fin de ce surplus d'activité (fin de chantier, fin de contrat avec le client).

En 2007, Nicolas Sarkozy, alors en campagne électorale, avait proposé l'idée d'un contrat de travail unique. Un an plus tard, le gouvernement fera adopter avec l'assentiment des syndicats, une réforme introduisant la rupture amiable. Cette nouveauté permet aux parties de se séparer sans choisir entre démission et licenciement pour faute. Le débat sur le contrat de travail est un thème récurrent parmi les économistes et hommes politiques.