Wall Street a ouvert en baisse sur fond de prises de bénéfices après la hausse des indices observée depuis le début du mois. Il n'en fallait pas plus aux bourses européennes pour glisser dans le rouge, à l'image du CAC 40 qui termine en baisse de 0,67% à 3737 points.

Les bonnes nouvelles n'ont pourtant pas manqué sur le front macroéconomique, notamment en France où le moral des ménages s'est légèrement amélioré en septembre par rapport au mois de juillet. En Chine, le secteur manufacturier a enregistré son plus haut niveau d'activité depuis cinq mois après avoir ralenti au premier semestre 2010, selon l'indice des directeurs d'achat (PMI) publié par la banque HSBC.

Côté devises, le dollar est tombé à un plus bas de cinq mois face à l'euro, les investisseurs anticipant un nouvel assouplissement de la politique monétaire de la Fed face au risque de ralentissement de l'économie américaine. Un euro vaut ce soir 1,3632 dollar, contre 1,3583 hier.

Les valeurs du jour


Le secteur bancaire a une nouvelle fois souffert après l'annonce par HSBC d'une augmentation de ses provisions pour risques. Société Générale a abandonné 3,4%, BNP Paribas 2,35% et Crédit Agricole 1,7%.

Axa a pris 1,44%. Le titre et le secteur font l'objet d'une forte volatilité ces derniers temps mais le président d'Axa, Henri de Castries, s'est dit confiant quant aux perspectives du groupe.

Par ailleurs la banque  Dexia a empoché 0,90% sur fond de rumeurs d'un rapprochement avec La Banque Postale.

Dans le secteur pétrolier, Technip et Vallourec ont tiré leur épingle du jeu grâce à un contrat pour le premier et à l'annonce de la construction d'une nouvelle usine en Chine pour le second. Vallourec termine en tête du CAC 40 (+1,65%), devant Technip (+1,52%).

Enfin, Accor a annoncé après la clôture des marchés qu'il renonçait à introduire le groupe Lucien Barrière en bourse. "La fourchette de prix envisagée (de 16,10€ à 19,60€), valorisant Groupe Lucien Barrière entre 575 M€ et 700M€ (millions d'euros), n'a pas reçu l'intérêt escompté de la part des investisseurs. Dans ces conditions de marché, Accor retire l'offre de vente de sa participation de 49%, estimant qu'il n'est pas dans l'intérêt des actionnaires de Accor de céder ses titres", a expliqué le groupe hôtelier.