"Nous ne pensons pas que la dynamique actuelle française va se poursuivre en 2011" déclare Laurent Berrebi.

Les arguments avancés par le chef économiste au soutien de cette affirmation sont nombreux. Tout d’abord, ce qui est à l’origine de la bonne croissance de la demande intérieure française c’est la consommation et l’immobilier. Or «on observe un net retournement sur les permis de construire notamment en raison de la suppression des avantages fiscaux accordés en particulier aux primo accédants".
Dans le même registre, "l’arrêt de la prime à la casse devrait entrainer un ralentissement prononcé dans le secteur automobile".