Alors que les spéculations vont bon train concernant la prochaine réforme de la fiscalité du patrimoine (voir notre article), la ministre de l’économie, Christine Lagarde, a indiqué être en faveur d’une remise à plat du système actuel.

«Je suis favorable à quelque chose de simple, et donc d'assez radical », a déclaré la ministre dans une interview parue ce lundi dans La Tribune. « Le processus doit tenir compte à la fois des propositions des parlementaires, des objectifs que l'on poursuit et ne doit pas coûter à l'Etat», a-t-elle ajouté.

En novembre dernier, Christine Lagarde avait déclaré vouloir supprimer l’impôt sur la fortune (ISF) et le bouclier fiscal, conformément à la volonté de Nicolas Sarkozy. En remplacement, elle imaginait un régime fiscal qui «au lieu de peser sur le patrimoine, pèsera sur les revenus du patrimoine et les plus-values réalisées sur le patrimoine».

Cependant, la suppression de l’ISF ne va pas de soi. En 2010, cet impôt a rapporté 4,5 milliards d’euros de recettes fiscales, soit 400 millions de plus qu’en 2009. Le remplacer ne s’annonce pas tâche facile.


Faut-il supprimer l'ISF ? 


Thomas Piketty, professeur à l'Ecole d'économie de Paris et auteur du livre "Pour une révolution fiscale" (ed. Le Seuil, janvier 2011), nous répond: