Face aux critiques de l’opposition et d’une partie de la majorité UMP, François Fillon a abaissé le seuil de la « contribution exceptionnelle sur les hauts revenus » inscrite au projet de loi de finances pour 2012. Lors d’une réunion à Matignon avec des députés UMP et Nouveau Centre, le Premier ministre a précisé que le seuil retenu était désormais de 250 000 euros de revenus, contre 500 000 euros auparavant, avec un taux de 3% en-dessous de 500 000 euros et de 4% au-delà.

Dans sa version initiale, la taxe était fixée à 3% et ne concernait que les contribuables aux revenus supérieurs à 500 000 euros, soit environ 10 000 ménages. Elle devait générer 200 millions d’euros de recettes fiscales en 2012, un chiffre jugé dérisoire par de nombreux parlementaires, au regard des 11 milliards d’euros d’économies visés par le gouvernement l’année prochaine.

D’après le président UMP de l’Assemblée nationale, Bernard Accoyer, l’abaissement du seuil à 250 000 euros portera le produit de la taxe à 500 millions d’euros. Le Journal du Dimanche estime quant à lui que la taxe nouvelle formule concernerait 20 000 ménages et ne rapporterait que 100 millions d'euros supplémentaires, soit 300 millions au total.

Elle pourrait cependant à nouveau être ajustée lors du débat parlementaire, certains députés et sénateurs plaidant pour un seuil encore plus bas. «La gauche au Sénat nous donne un coup de main, merci», a estimé mardi le député (UMP) Lionnel Luca, membre du collectif Droite Populaire, qui milite pour un seuil à 150 000 euros. Il espère ainsi faire d’une mesure au départ symbolique un véritable outil de lutte contre les déficits.