«En l'absence de chocs importants qui pourraient être liés à une forte aggravation (de la crise) de la zone euro, Fitch ne prévoit pas de modifier la perspective négative (française) avant 2013», ce qui signifie qu'elle n'envisage pas d'abaisser la note cette année, a déclaré à l'AFP une porte-parole de l’agence.

Quelques heures auparavant, Ed Parker, le responsable de la notation des pays européens chez Fitch, avait estimé que Paris conserverait son triple A en 2012, et que la zone euro finirait par se désembourber de la crise de la dette.

Ces déclarations soutiennent le rebond des places boursières ce mardi, Paris gagnant 2,6% à une heure de la clôture, tandis que Milan s’adjuge 3%.

L’Italie est pourtant dans le collimateur de Fitch qui juge la situation du pays «explosive». «Il y a une chance significative que la note (de l’Italie) soit abaissée» d'ici le 31 janvier, a indiqué un autre haut responsable mardi, ce qui pourrait avoir des conséquences sur les autres pays de la zone.

De son côté, l’agence Standard&Poor’s menace toujours de dégrader les notes de quinze pays de la zone euro, dont le "triple A" français, dans les jours ou les semaines qui viennent.