La hausse des prix a atteint 2,5% sur un an le mois dernier, soit le taux le plus élevé de l’année 2011. Selon l’Insee, « la hausse des prix du mois de décembre provient essentiellement de l’augmentation saisonnière des prix des services et des produits frais » même si les prix des produits manufacturés ont eux aussi progressé en raison de fins de promotions.

En théorie, ce taux d'inflation devrait entraîner une revalorisation de la rémunération du Livret A, actuellement à 2,25%. Il n’en sera rien. «L'application mécanique de la formule de calcul des taux de l'épargne réglementée conduirait à accroître le taux de rémunération du livret A à 2,75%. Toutefois, compte tenu des perspectives de baisse de l'inflation, afin d'éviter une volatilité excessive du taux du livret A, Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France, a décidé de déroger à la stricte application la formule de calcul en vigueur, ainsi que le règlement en prévoit la possibilité», a fait savoir la Banque de France dans un communiqué publié ce matin.

Hausse de la TVA

La Banque de France souligne que le glissement annuel des prix à la consommation hors tabac a atteint 2,4% en décembre mais qu'il «devrait diminuer de façon significative dans les prochains mois». Pour Dominique Barbet, économiste de marché auprès de BNP Paribas, rien n’est moins sûr. «Avec la hausse de la TVA et d'autres impôts introduits ou augmentés au 1er janvier, nous pensons que l'inflation devrait s'accélérer le mois prochain et qu'un relèvement du taux (du livret A) est mérité», a-t-il déclaré à l’agence Reuters.

La dernière revalorisation du livret A date d’août 2011. Depuis, l’inflation n’a fait qu’augmenter sous l’effet du renchérissement de l’énergie et des denrées alimentaires, deux postes que l’Insee voit nettement baisser à compter de la mi-2012.

De son côté, la Banque centrale européenne devrait laisser ses taux directeurs inchangés cet après-midi, compte tenu des risques de récession en zone euro et de resserrement du crédit.