Même si les prix sont repartis légèrement à la hausse en décembre, l’inflation est restée modérée sur l’ensemble de l’année 2012, à 1,3%, a annoncé l’Insee jeudi. « En décembre 2012, l’indice des prix à la consommation (IPC) est en hausse de 0,3 % après une baisse de 0,2 % en novembre. Sur un an, il augmente de 1,3 % (+1,4 % en novembre) », indique l'institut de statistiques.

L'inflation françaisee est nettement plus faible que celle de la zone euro, estimée à +2,2% en décembre.

« Pour 2013, l'inflation restera faible, la montée du chômage limitant les pressions à la hausse sur les salaires », a estimé dans une note Hélène Baudchon, économiste à BNP Paribas. Selon elle, cette inflation faible est « une bonne nouvelle » pour la consommation mais aussi « pour la croissance et les finances publiques, la revalorisation du montant des prestations sociales indexées s'en trouvant limitée ».

L'écart d'inflation avec la zone euro est en outre « propice à des gains en compétitivité-prix », ajoute-t-elle, en précisant que tous les pays sauf la Grèce, l'Irlande, le Portugal et Chypre, « ont une inflation plus élevée que celle de la France ».

Chers produits frais


Dans le détail, les prix des produits manufacturés n’ont augmenté en moyenne que 0,2% sur l'ensemble de l'année. Ils ont progressé dans l'habillement-chaussures (+1,2% sur un an) mais baissé pour les produits de santé (-3,1% sur un an), les équipements audio-visuels (-10,1%) ou encore les télécoms (-13,3%).

Les prix de l'alimentation ont, eux, progressé plus vite que l’inflation avec une hausse de 2,6% sur un an. Le renchérissement a été particulièrement sensible pour les produits frais (+7,7%).

Le prix des carburants sur l’ensemble de l’année n’a augmenté que de 0,4% grâce aux récents reculs du cours pétrole. En revanche, le gaz et l’électricité ont flambé, respectivement de 8,2% et 3,2% sous l’effet de revalorisations tarifaires qui ont conduit le gouvernement a modifier la formule de calcul des tarifs réglementés du gaz pour 2013.