Le CAC 40 s’est encore montré généreux avec ses actionnaires en 2012. L’an dernier, le montant des dividendes et des rachats d’actions nets réalisés par les entreprises de l'indice phare s’est élevé à 40,9 milliards d'euros, « soit une progression de 5% » par rapport à l’année précédente, indique la lettre Vernimmen dans son édition de janvier 2013.

Les dividendes versés en numéraire se sont établis à 32,34 milliards d'euros et les dividendes versés en actions, à 3,98 milliards d'euros, précise Vernimmen. Ces sommes ont été versées en 2012 au titre des bénéfices de 2011. Total se situe en tête de palmarès avec 5,25 milliards d'euros, suivi par Sanofi (4,3 milliards d'euros) et GDF Suez (3,74 milliards d'euros).

Si certains poids lourds de la cote ont dû renoncer à leur dividende (Crédit Agricole, Société Générale), les autres ont dans l’ensemble augmenté leur taux de distribution : ce dernier s’est monté à 54% des résultats nets, assez nettement au-dessus de sa moyenne historique de 45%. Mais ce taux pourrait baisser un peu en 2013, selon les auteurs de la lettre Vernimmen, «car un certain nombre de gros payeurs de dividendes dans des secteurs à maturité ont atteint un niveau de taux de distribution trop élevé compte tenu de leurs investissements à venir et de leurs objectifs de structure financière». C’est le cas, par exemple, de France Télécom qui a annoncé une baisse significative de son coupon pour 2012 et 2013.

Les rachats d’actions ont été moins nombreux en 2012. « Avec 4,6 milliards d'euros de rachats d'actions en 2012, les entreprises du CAC 40 ont réduit en 2012 de 20% les restitutions de liquidités sous cette forme à leurs actionnaires », précise Vernimmen.