Malgré la perte de 400 millions publiée par Engie ce matin, l'année 2016 restera comme un très bon cru pour le CAC 40. Sur les 39 membres de l'indice qui ont présenté leurs comptes, 30 ont amélioré leurs résultats d’une année sur l’autre. Le bénéfice cumulé atteint 74 milliards d'euros, en hausse de près de 25% sur un an, et pourrait encore s'améliorer avec la contribution de Carrefour, dernier poids lourd à publier ses résultats le 9 mars.

Les profits 2016 du CAC 40 sont les plus importants depuis 2010 (83 milliards) mais restent loin du niveau record atteint en 2007 (96 milliards). Au palmarès des plus gros contributeurs BNP Paribas (7,7 milliards d'euros) a devancé Total (5,9 milliards) et Axa (5,8 milliards). Mais l'impact le plus positif est venu d'ArcelorMittal dont les comptes se sont nettement redressés grâce au rebond des prix des matières premières et aux réductions de coûts mises en œuvre. Le sidérurgiste est passé d'une perte nette de 7,3 milliards d'euros en 2015 à un bénéfice de 1,7 milliard en 2016.

Le secteur automobile s'est également distingué par un bond de ses bénéfices, PSA en tête (+92%) devant Michelin (+43%), Valeo (+27%) et Renault (+21%). L'année 2016 a aussi été positive pour Danone (+34%) ou Bouygues (+82%).
À l'inverse, le bénéfice d'Airbus a chuté (-63%), lesté par le programme de l'avion militaire A400M. Celui de L'Oréal a reculé (-6%), en partie à cause des magasins The Body Shop, qu'il cherche à céder. Enfin trois sociétés ont annoncé des pertes : Engie, Nokia et Publicis. Mais leurs dirigeants tablent sur une amélioration en 2017.

D'une manière générale, l'accélération de la croissance dans les pays émergents et la baisse de l'euro devraient soutenir les résultats des grandes entreprises françaises en 2017. Seule ombre au tableau, le risque politique qui explique la réaction assez mesurée des investisseurs à ces bons résultats. Depuis le début de l'année le CAC 40 affiche une hausse de 2,2% contre 5% pour le Dax et 7% pour le Dow Jones alors que ces deux indices sont, eux , à leur plus haut niveau historique.