Si un second tour opposant Jean-Luc Mélenchon à Marine Le Pen serait de bien mauvaise augure pour les actions européennes, particulièrement les actions françaises, la donne serait toute autre dans le cas où seul un de ces deux candidats sortait victorieux dimanche soir.

Un tel résultat serait de nature à légitimer une plus forte exposition aux actions européennes et notamment aux actions françaises quand bien même le marché afficherait une nette baisse lundi matin.

Pourquoi donc ? Parce que ce sont, avant tout, les investisseurs étrangers qui font la dynamique du marché et que ces derniers ne comprennent pas très bien le fonctionnement du système électoral français, justifie Frédéric Leroux.
De ce fait une vive crainte pourrait être générée dans l’esprit de ces derniers à la vue d’un Jean-Luc Mélenchon ou d’une Marine Le Pen concourir pour la place ultime. Cependant la frayeur n’aurait vraisemblablement pas matière à perdurer dans la mesure où le scénario central face à une telle situation serait une désignation du candidat adverse par le peuple français.

Ainsi, la correction qui pourrait se dessiner serait source de points d’entrée plus intéressants pour se repositionner et tirer avantage du redémarrage du marché une fois les résultats du second tour connus.