La principale raison à cette réserve réside dans l’incertitude qui pèse sur la capacité d’Emmanuel Macron, en tant que président de la France, de rallier suffisamment de parlementaires à sa cause pour mettre en œuvre sans grands heurts son agenda de réformes. « Emmanuel Macron ne peut ni compter sur son propre parti ni compter sur sa vaste expérience politique. Ainsi sa présidence entrera dans un véritable territoire inconnu » souligne Stefan Kreuzkamp.

Malgré cette aléa de taille, le responsable des investissements de Deutsche AM a indiqué avoir augmenté son exposition aux actions européennes suite à l'issue d'hier soir. « Nous sommes convaincus par l'amélioration de l'environnement macroéconomique en Europe et par le dynamisme des profits des entreprises européennes à ce jour ».