La lune de miel entre François Bayrou et Emmanuel Macron a fait long feu. Après le recadrage du Garde des Sceaux par Edouard Philippe et les tensions au moment des investitures pour les élections législatives, les ministres Modem ne se sentent plus les bienvenus au gouvernement.

François Bayrou et la ministre chargée des Affaires européennes Marielle de Sarnez démissionnent du gouvernement français, a-t-on appris mercredi dans l'entourage du Garde des Sceaux. Ce dernier tiendra une conférence de presse à 17h afin d'expliquer sa décision. Un nouveau gouvernement doit être annoncé dans la foulée par l'Elysée.

Le premier ministre Edouard Philippe "prend acte de la décision de François Bayrou" et il la "respecte", a indiqué son entourage à l'Agence France-Presse. Le ministre de la Justice avait pourtant été chargé du premier grand texte de loi du quinquennat portant sur la moralisation de la vie publique. Mais l'ouverture début juin d'une enquête préliminaire sur son parti pour des soupçons d'emplois fictifs au Parlement européen a brouillé le message. Mardi, la ministre des Armées, Sylvie Goulard, elle aussi issue du MoDem, avait annoncé son intention quitter le gouvernement de son plein gré afin de démontrer sa "bonne foi" si elle venait à être entendue dans cette enquête.

Reste à savoir quelles conséquences ces départs auront sur la majorité parlementaire. Même s'il peut se passer de l'appui du Modem et ses 42 députés-(contre 308 pour La République en Marche!) le chef de l'Etat pourrait chercher à ménager son allié afin d'éviter qu'il rejoigne les rangs de l'opposition. "Le MoDem a toute sa place dans l'engagement présidentiel et dans la majorité présidentielle, que ce soit au gouvernement ou à l'Assemblée. Mais ce soir le remaniement portera aussi sur des noms nouveaux qui viendront d'horizons différents", a souligné le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner ce matin sur Europe 1.