Les bourses européennes accusent de fortes baisses mardi sur fond de nouvelles tensions en Asie après le passage d'un missile coréen au-dessus du Japon. Le Conseil de sécurité de l'ONU devrait se réunir dans l'après-midi après cette nouvelle provocation – il s'agit du 18e essai de missile par le régime nord-coréen depuis le début de l'année.

A la mi-journée le CAC 40 cède 1,3% à 5013 points, son plus bas niveau en quatre mois, et alors qu'il avait atteint 5432 points début mai. Outre les tensions géopolitiques, l'indice parisien souffre de l'appréciation de l'euro face au dollar, la monnaie unique évoluant à son plus haut niveau depuis janvier 2015.

L'euro a engrangé de nouveaux gains depuis vendredi après les discours de Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne (BCE), et de Janet Yellen, son homologue de la Réserve fédérale américaine, prononcés lors de la conférence de Jackson Hole (Etats-Unis). Tous deux ont laissé de côté les sujets directement liés à la politique monétaire et à l'évolution des taux de change, un choix dans lequel le marché a vu une opportunité d'amplifier la hausse de l'euro - qui dépassait déjà 12% depuis le début de l'année - et la baisse du dollar face aux autres devises.

Le billet vert pâtit aussi des inquiétudes liées aux conséquences pour l'économie américaine du passage de la tempête tropicale Harvey sur le Texas et la Louisiane.
Dans ce contexte Wall Street devrait elle aussi ouvrir en baisse, le contrat future du S&P 500 cédant 0,7% vers 10h00 GMT. «La situation nord-coréenne est devenue plus sérieuse, et les opérateurs de marché adoptent une stratégie d'aversion au risque», a commenté dans une note David Madden, un analyste de CMC Markets.