Epargné par la refonte de la fiscalité du patrimoine dévoilée hier, le livret A verra sa rémunération gelée l'année prochaine, et peut-être en 2019, afin de soutenir la construction de logements sociaux. "Ce que nous voulons, c'est faire en sorte que le taux du Livret A soit stable (...) qu'il ne bouge pas pendant une période de temps", a déclaré Edouard Philippe, le Premier ministre, mercredi sur France 2. "Ca nous permet de mobiliser des financements pour les organismes de logement social et donc de baisser les loyers" pour ce type de logements, a-t-il expliqué.

La veille, le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, avait indiqué que le gouvernement envisageait de maintenir pendant « un ou deux ans » le taux du Livret A à son niveau actuel de 0,75% - le taux le plus bas de son histoire.

Cette annonce n'est pas une bonne nouvelle pour les épargnants. Compte tenu de l'inflation qui a atteint 0,7% en juillet et devrait s'élever à 1,1% d'ici la fin de l'année selon l'Insee, le taux réel du livret A pourrait passer en négatif. Et ce, bien que ce placement soit très utilisé par les Français : au premier semestre, le livret A et le LDD ont attiré plus de 11 milliards d'euros de collecte nette.

En gelant le taux de rémunération du livret A, le gouvernement poursuit sa politique visant à réorienter l'épargne des ménages vers les placements plus risqués et le financement des entreprises. Il a également annoncé mardi une taxation des intérêts des plans épargne logements (PEL) souscrits à compter du 1er janvier 2018.