L'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a rendu public jeudi son nouveau rapport sur les "perspectives économiques de la France". Celui-ci propose des pistes de réformes pour améliorer la situation du pays, au-delà de l'embellie conjoncturelle observée au cours des derniers mois.

"Le contexte est favorable", a reconnu Angel Gurria, le secrétaire général de l'OCDE. "Nous avons ainsi revu à la hausse notre prévision de croissance pour l’économie française à 1.7 % en 2017, soit le niveau le plus élevé depuis 2011 (…) Néanmoins les défis à relever sont importants". Le rapport en pointe au moins trois...

Le premier est le chômage qui atteint 9,5% en France contre 5,8% en moyenne dans la zone OCDE (8,7% en zone euro). "Trop de personnes sont exclues du marché du travail", note l'organisation, notamment les jeunes dont 17% sont sans travail et sans qualification. Cette situation est due notamment à des "inégalités scolaires très marquées" et à un développement de l'apprentissage insuffisant. L'OCDE recommande également d'offrir de "meilleurs salaires" aux enseignants "de qualité" s'investissant auprès d’élèves issus de milieux défavorisés.

Deuxième point noir, le niveau des dépenses publiques qui culminent à 56,4% du PIB, soit le plus fort taux de tous les pays de l'OCDE. Cela se traduit "inévitablement par une charge fiscale ayant un coût économique et social élevé", selon les auteurs du rapport qui plaident pour une stratégie "à long terme de réduction de la dépense publique" et pour une meilleure répartition de l'effort fiscal.

Hausse de l'assiette de l'impôt sur le revenu

Ils recommandent notamment d'élargir le nombre de contribuables à l'impôt sur le revenu mais aussi d'éliminer les taux réduits de TVA (bâtiment, restauration, etc) ou encore de relever les taxes environnementales. Côté dépenses, l'institution suggère "d'abaisser l'importante masse salariale de la fonction publique", qui est "nettement supérieure à la moyenne de l'OCDE", et de poursuivre "la rationalisation des collectivités territoriales".

L'OCDE juge enfin nécessaire de réformer le système des retraites. "Passer à un système de retraite unique, comme le prévoit le gouvernement, permettrait d’accroître la mobilité de la main-d’œuvre et d’abaisser les coûts de gestion", estime l'institution tout en prônant un relèvement progressif de l’âge minimum de départ à la retraite "aligné sur l’espérance de vie".

Même avec un président réformateur, tous ces chantiers semblent difficiles à mener dans un seul quinquennat. Pourtant le ministre de l'économie Bruno Le Maire a vu dans ces préconisations un encouragement. "Ce rapport montre que les choix économiques faits (par le gouvernement) sont des choix qui vont permettre d'améliorer la vie de tous les Français", a-t-il déclaré. Dans son prochain rapport l'OCDE jugera, quant à elle, non pas sur des choix mais sur des actes.