•Des craintes d’emballement de l’inflation ont engendré le retour de la volatilité sur les marchés en février, provoquant une chute de plus de 10% des marchés d’actions mondiaux par rapport à leurs récents sommets.

• Le contexte macro-économique reste robuste, malgré l’apparition de poches de modération de l’activité dans les secteurs manufacturiers sur les marchés développés.

• Aux États-Unis, le léger recul des statistiques d’activité de janvier a été compensé par l’adoption du budget fédéral incluant un important dispositif de relance budgétaire au cours des deux prochaines années.

• Les rendements des bons du Trésor américain (U.S.) ont continué leur nette progression depuis septembre dernier, alimentée par les craintes concernant l’inflation, l’accroissement du stimulus budgétaire et la rhétorique rigoriste du Président de la Réserve fédérale Jay Powell.

• Nous maintenons un positionnement favorable au risque. Les États-Unis restent une composante essentielle de notre surpondération mondialement diversifiée sur les actions. Nous avons une modeste sous-pondération sur la duration mais après une hausse significative des rendements cette année, nous voyons davantage de risques à double sens dans les obligations mondiales.

 Diego Gilsanz, stratégiste multi-asset solution pour J.P. Morgan AM