Le résultat net part du groupe des sociétés du CAC 40 du périmètre étudié par PwC a augmenté de 26,5% en 2017 (vs 2016, à périmètre et taux de change différents) pour s’établir à 97,3 milliards d’euros. Cette hausse s’inscrit dans un contexte de taux bas qui encourage les sociétés à se refinancer afin de diminuer le coût moyen de leur dette. Ce niveau global de résultat net se rapproche du niveau atteint en 2007 (101 milliards d’euros).

Comme en 2016, les experts de PwC soulignent la bonne performance de deux secteurs qui se démarquent plus particulièrement : Matériaux de base (+80,8%) suivi du secteur Santé (+67%) qui profite de la croissance du résultat net de Sanofi (+79,1%).

Le secteur Services aux consommateurs (+41,3%) revient à une rentabilité nette positive malgré un contexte difficile pour Publicis.

Les secteurs Pétrole et gaz (+32,5%), Biens de consommation (+27,2%) et Sociétés Financières (+4,8%) ont une croissance de leur résultat net part du groupe similaire à 2016.

Le secteur Industrie, quant à lui, connait également une croissance positive (+66%).

Enfin, le secteur Services aux collectivités rencontre un retournement de tendance puisqu’il extériorise au global un résultat net positif de l’ordre 1,8 milliards d’euros en 2017, alors qu’il était légèrement négatif en 2016.

Technologies (-2,9%) et Télécommunications (-15,1%) sont les deux secteurs à chuter en 2017, en raison de la baisse du résultat net de Capgemini et celui d’Orange, conséquence de l’impact de nombreux événements exceptionnels aussi bien en 2016 qu’en 2017 (dont notamment l’acquisition de Groupama Bank).

«Ce niveau de résultat est la conséquence de la forte croissance du second semestre et du Q4, augurant un bon début d’année 2018 pour les acteurs du CAC 40 malgré de nombreuses incertitudes telles que l’inflation du cours des matières premières, du baril ou encore des taux de change. Enfin, de futures mesures protectionnistes aux Etats-Unis et dans le reste du monde pourraient avoir des conséquences négatives sur les entreprises», précise Philippe Kubisa, associé spécialiste des marchés de capitaux chez PwC.

A noter également, 17 sociétés[1] ont racheté leurs actions au cours de l’exercice 2017. Ces opérations relatives sont souvent bien perçues par le marché : Michelin, LafargeHolcilm, Safran, Schneider Electric, Vinci, Air Liquide, TechnipFMC, Sanofi, Publicis, Sodexo, Axa, Unibail Rodamco, Atos, CapGemini, STMicroelectronics, Orange et Engie.


38 sociétés sur 40 distribuent un dividende[2]

Par rapport aux dividendes distribués au titre de l’exercice 2016 :

• 33 sociétés affichent une hausse de leur dividende
• 2 sociétés (Carrefour et Engie) ont décidé une baisse de l’ordre de 34%
• 3 sociétés ont décidé de verser un dividende identique (Valeo, LafargeHolcim, Société Générale)
• 1 société ne verse pas de dividende (TechnipFMC)

Quatre sociétés (Total, Carrefour, Danone et Atos pour la première fois) laissent le choix à leurs actionnaires du mode de distribution du dividende : soit en numéraire, soit en attribution d’actions.
________________________________________
[1] LafargeHolcim décide d’arrêter le programme de rachat d’actions
[2] STMicroelectronics est exclu n’ayant pas communiqué sur les dividendes à verser au titre de l’exercice 2017


 Communiqué de presse de PwC