La normalisation monétaire semble enfin effective aux États-Unis. L’annonce d’un relèvement des taux directeurs d’un quart de point de 1,5 % à 1,75 % mercredi aurait pu passer dans l’indifférence générale. Depuis la fin 2017, l’accélération de la croissance américaine ne laissait, en effet, guère de place au doute sur l’issue du Comité de politique monétaire de la Fed.

Jerome Powell déjoue la psychose ambiante


L’intérêt était tout autre : voir Jerome Powell paré de son nouveau costume de président de l’instance. Une première qui n’a pas réservé de surprise. Par sa posture moins hawkish que prévue, ce dernier a, tout au plus, suscité quelques haussements de sourcils. Sans se départir d’un optimisme assumé en matière conjoncturelle – la croissance a été revue en hausse de 0,2 point cette année -, il a maintenu la feuille de route de la Fed.

Déjouant la psychose ambiante, deux nouvelles hausses de taux cette année ont donc été confirmées. Si resserrement supplémentaire il doit y avoir, ce sera l’an prochain - en sus des trois déjà prévus. Évitant donc de répondre par trop d’empressement aux chants dissonants des sirènes conjoncturelles et des marchés psychotiques, Jerome Powell entend ainsi laisser du temps au temps.

Climat d’incertitude

Une période d’observation nécessaire pour prendre la mesure des effets de la politique gouvernementale sur l’économie américaine. Entre la réforme fiscale, l’ouverture des vannes budgétaires et les velléités protectionnistes, le cocktail des mesures de l’administration Trump pourrait avoir des effets inflationnistes indésirables. Le temps aussi de voir ce que le président américain va concrétiser ou non parmi sa pléiade d’annonces contradictoires.





La semaine en a d’ailleurs été une nouvelle illustration : à peine après avoir enterré une éphémère hache de guerre commerciale avec l’Europe, ce dernier en exhumait une nouvelle avec la Chine. Cette inconstance tend surtout à entretenir un climat d’incertitudes qui pèse sur les marchés.

Retrouvez l’intégralité de L’hebdo des marchés en cliquant ici

 David Ganozzi, , gérant d’allocation chez Fidelity









Retrouvez les fonds Fidelity commercialisés sur la plateforme EasyBourse en cliquant ici