Depuis le plus haut, le Nasdaq a perdu 8,4%. Parmi les valeurs technologiques, Facebook a perdu 20,7%, Google 15,4%, Netflix 13,8%, Amazon 10,4% et Apple 8,4%. La techno est sous pression.

Mais le plus impressionnant n’est finalement pas cette sous performance, elle suit de superbes performances en 2017. D’autre part si la performance du Nasdaq a beaucoup bénéficié des FAAMG l’année dernière, l’impact est bien moindre cette année. Le Nasdaq gagne 0,7% depuis le début de l’année, hors FAAMG (Facebook, Apple, Amazon, Microsoft et Google, on ne prend pas en compte Netflix qui n’est pas coté au Nasdaq) la performance est de 0,3%, une différence somme toute minime.





Plusieurs inquiétudes

Ce qui choque le plus c’est l’instabilité de ces valeurs. On calcule la volatilité réalisée de l’indice « NYSE FANG » et on trouve une très forte hausse depuis le début de l’année. Que se passe-t-il ? Le secteur est au milieu de plusieurs inquiétudes de marché :

• C’est, avec le secteur industriel, celui qui a le plus bénéficié de la mondialisation. Les risques de guerres commerciales sont donc particulièrement importants pour la tech.

• C’est le secteur dont la performance relative est le plus corrélé aux taux d’intérêt, c’est le meilleur « anti-bond proxy ». La baisse récente du 10-ans américain de 2,95% le 21 février à 2,76% hier correspond bien à la période de sous-performance des principales valeurs tech.

• Bien sûr il y a aussi les risques idiosyncratiques : projet d’imposition du chiffre d’affaire en Europe, problème de confidentialité des données qui peut remettre en cause le business model, etc…





L’incertitude actuelle sur le secteur est donc susceptible de continuer, cela contribuera à maintenir la volatilité des marchés à un niveau élevé. Plus que l’effet négatif sur la performance des marchés, c’est peut-être l’effet volatilité qui est le plus préoccupant.

 Stéphane Déo, stratégiste pour la Banque Postale AM