Nous avions parlé hier du peu d’appétit des étrangers pour les Treausury. Les statistiques officielles sur les achats de titres américains par les étrangers (les fameux « TIC ») publiés dans la journée de lundi sont plus encourageantes.

Les chiffres de février montrent un regain d’intérêt pour les Treasury, avec 43 milliards d’achats totaux par les étrangers. Sur 12 mois les achats sont donc positifs, il semble que nous assistions à retournement de tendance, certes timide.




Les achats des dernières années avaient en effet été particulièrement médiocres. Alors que les étrangers ont absorbé 40% de l’offre nette de Treasury sur la décennie 2003-2012, les achats sont tombés à zéro depuis 2013. Les deux premiers mois de l’année 2018 sont positifs et si on annualise le chiffre, comme sur le graphique ci-dessous, les étrangers financeraient 30% du déficit cette année. Un grand changement par rapport aux cinq années précédentes.

Avec un déficit prévisionnel supérieur à 1 000 milliards, l’appétit des étrangers pour les Treasury, et donc leur volonté de financer le déficit, est cruciale pour l’équilibre des marchés.



Prévisions du PIB de la Zone Euro en 2018 : révision à la baisse

Cela reste une révision mineure (de 2,4% à 2,3%) mais nous n’étions plus habitués à cela ; les attentes de croissance pour la Zone Euro ont été révisées à la hausse de manière presque continue depuis le début de l’année dernière.

Rien d’alarment, il faut noter que les attentes pour 2019 restent inchangées à 2,0%.

Mais c’est un signe de plus que le lot de bonnes nouvelles qui a porté le marché jusqu’au début de l’année est bel et bien tari. L’indice de surprises économiques a d’ailleurs plongé en territoire négatif.




Croissance en Chine comme attendue

La croissance du PIB chinois était de 6,8% au premier trimestre de cette année, stable par rapport au trimestre précédent et en ligne avec les attentes. Pas de surprise donc.

A noter qu’en glissement trimestriel la croissance n’est que de 1,4% contre 1,6% sur le trimestre précédent, un petit tassement donc.



Pressions salariales en hausse au Japon (ceci n’est pas un typo !)


D’après l’agence de presse Nikkei, les salaires ont progressé de 2,41% en glissement annuel, une accélération de 0,35 ppt par apport à l’année dernière. Plus intéressant, des secteurs montrent les signes d’un marché du travail tendu : certaines compagnies dans l’électronique proposent des primes à l’embauche, les experts en IA se font également rares mais des secteurs plus classiques comme la logistique ou les services industriels connaitraient aussi des pressions salariales.

Le gouvernement pousse les entreprises à accorder une hausse salariale de 3%, ce qui aiderait à sortir de la déflation. C’est la première fois qu’un premier ministre donne un objectif chiffré. On en est encore loin.


Gains de pouvoir d’achat massifs … sur 2000 ans

Un de nos lecteurs assidu, le jeune Laurent B., nous faisait remarquer la place prépondérante des mauvaises nouvelles dans notre bref commentaire du matin. Nous profitons donc de la mise à jour des données du Maddison Project de l’Université de Groningen pour publier l’évolution du PIB par tête sur les deux derniers millénaires. Les plus anciennes données disponibles sont pour l’an un après JC.

Quels progrès en 2000 ans !

>Stéphane Deo, stratégiste chez La Banque Postale AM