Des Etats-Unis à la Chine en passant par l’Europe : en 2014, les énergies renouvelables ont eu le vent en poupe. Les dépenses en faveur d’une énergie plus propre ont bondi de 16% à 310 milliards de dollars, d’après une étude publiée vendredi par Bloomberg New Energy Finance (BNEF).

C'est le solaire qui suscite le plus d’engouement, aussi bien la construction de grandes centrales photovoltaïques que l’installation de panneaux solaires sur les toits des bâtiments. Ce secteur a concentré plus de la moitié des investissements l’année dernière, suivi de l'éolien et des technologies innovantes (réseaux intelligents, stockage d'énergie, etc), selon ce rapport.

Par pays, la Chine a dépensé à elle seule 89,5 milliards de dollars en faveur des énergies renouvelables (+32%), plus que les Etats-Unis (51,8 milliards, +8%) ou l’Europe (66 milliards, +1%). Sur le Vieux Continent, l’Allemagne continue à faire la course en tête avec plus de 25% de son électricité produite via les énergies renouvelables (le charbon et la lignite représentant encore près de la moitié du mix). Après deux années de baisse, les raccordements d’éolien et de solaire au réseau électrique ont également augmenté en France.  

Malgré ces bons chiffres, 2015 s'annonce incertaine, avec l'effondrement des prix du pétrole, facteur peu favorable a priori aux investissements dans les renouvelables. « L'impact d'un pétrole moins cher se ressentira plus dans le secteur du transport routier que dans celui de la production d'électricité », estime Michael Liebrich, directeur de Bloomberg New Energy Finance.