Après le spécialiste du nettoyage industriel Elis en février, Solairedirect a lancé jeudi la deuxième « grosse » IPO de l’année à la bourse de Paris. La société spécialisée dans la construction de centrales photovoltaïques vise une levée de fonds de 217 millions d’euros, dont 175 millions via l'émission d’actions nouvelles. L’offre au public a démarré aujourd’hui et devrait se clôturer le 28 avril. Le prix d’émission sera fixé le 29 avril dans une fourchette de 16 à 21,50 euros. La première cotation devrait avoir lieu le 30 avril sur le compartiment B d’Euronext Paris.

Sur l’exercice clos au 31 mars 2014 Solairedirect a réalisé un chiffre d’affaires de 156 millions d’euros et un bénéfice net de 700 000 euros. La société parisienne a construit une cinquantaine de parcs photovoltaïques à ce jour, en France mais aussi à l’étranger dans les pays les plus porteurs pour cette énergie (Inde, Etats-Unis, Amérique latine…). L’objectif de l’augmentation de capital est « d’augmenter la flexibilité financière et stratégique » de l’entreprise et de lui permettre d’investir davantage dans ses parcs solaires. Solairedirect s’est en effet concentré jusqu’à présent sur le développement, la construction et l'exploitation de centrales pouvant être livrées clés en mains à des tiers. Il veut désormais accroître la part de centrales détenues en propre. L’introduction en bourse « s’inscrit dans un contexte où le marché de l’énergie solaire représente un fort potentiel de croissance, ayant pris un tournant majeur grâce à la construction de parcs solaires compétitifs », souligne Thierry Lepercq, le président et fondateur de la société.

Cette IPO montre en tout cas que l’optimisme est de retour à la bourse de Paris. Ces prochains mois, d’autres opérations d'envergure pourraient avoir lieu. Sont notamment attendus le loueur de voitures Europcar (propriété d’Eurazeo), le laboratoire d’analyses médicales Labco et le spécialiste de l’ingénierie électrique Spie. Ce dernier avait reporté son introduction en bourse fin 2014 en raison des conditions de marché. Il prévoyait de lever 1,2 milliard d’euros.

Voir aussi notre dossier: L'Europe, un nouveau puissant moteur pour les introductions en bourse