Dans une interview aux Echos, Xavier Niel, le PDG d'Iliad, s'est montré très optimiste quant à la capacité de Free à se faire une place sur le marché de la téléphonie mobile en France. Ainsi, il estime que sa filiale, connue en France pour ses activités de fournisseurs d'accès à internet, pourrait rafler jusqu'à 25% des parts de marché.

Le groupe veut commercialiser ses premiers services de téléphonie mobile début 2012. Le rejet, par le Conseil d'Etat, de recours contre l'attribution d'une quatrième licence, va permettre à Free d'accélérer "le déploiement" de son réseau, d'après M. Niel. "Nous sommes condamnés à réussir" a-t-il déclaré dans les colonnes du quotidien financier. "Notre ambition : qu'Iliad atteigne un chiffre d'affaires de 4 milliards d'euros d'ici à 2015, soit un doublement" a-t-il ajouté.

Le fondateur d'Iliad s'est plaint du refus des opérateurs traditionnels de refuser un accord d'itinérance sur le réseau 3G. Il s'est donné jusqu'à la fin de l'année pour convaincre un opérateur, avant d'engager une procédure contentieuse.

Xavier Niel a lancé une nouvelle pique à François Baroin et la taxe sur les FAI. Il a estimé que cette taxe coûterait entre 1,5 et 3 euros par abonnement. "Une mesure fiscale des plus injustes" a-t-il affirmé.