La règlementation de la Sec exige en principe des sociétés ayant plus de 500 actionnaires enregistrés de rendre public certaines informations financières afin de sauvegarder les intérêts des investisseurs.
Facebook a récemment levé 500 millions de dollars provenant de la banque Goldman Sachs et de la société d’investissement russe Digital Sky Technologies. Cette levée de fonds aura permis de valoriser la société de Mark Zuckerberg 50 milliards de dollars.
Les efforts déployés par Facebook pour se procurer au total un peu plus de 1,5 milliards de dollars en dehors des marchés régulés n’a pas laissé de marbre l’autorité de régulation américaine.
La Sec souhaite notamment examiner le véhicule d’investissement que Goldman Sachs envisage de mettre en place pour autoriser ses clients à investir dans Facebook. Ce véhicule avait été présenté dans les médias comme un moyen de contourner la règlementation de la Sec concernant l’obligation de transparence qui incombe à une société ayant plus de 500 actionnaires. Mais la Sec ne semble pas vouloir l’entendre de cette manière.
«Les investisseurs risquent leur argent en le plaçant dans ces sociétés. Un minimum d’informations est donc requis», tel est le message véhiculé par la Sec.