«Je pense que dans l'économie numérique telle qu'elle est aujourd'hui, il y a une bulle. Des valeurs de services sont complètement soufflées et surévaluées. Quand on voit qu'une société comme Facebook qui fait 2500 salariés est considérée comme valant 70 milliards de dollars, on se dit qu’il y a quelque chose qui ne tourne pas rond» déclarait ce matin Stéphane Richard sur BFM Business.

Selon le président de France Telecom, nous serions en train de refaire exactement les mêmes erreurs qu'il y a dix ans. «Des modèles économiques basés uniquement sur l'audience sans aucun revenu autre que de la publicité sont appréciés à des niveaux qui n'ont aucun sens. Les opérateurs d’accès comme nous sont de ce fait sous évalués».

Le responsable de l’opérateur historique veut alors prendre l’histoire à témoin. «De nombreux acteurs de services se sont succédés dans le temps. MySpace a par exemple disparu. J’espère que Facebook sera encore un site important dans la vie du monde dans dix ans mais je n’en suis pas totalement certain. En revanche, je suis sûr que le monde ne pourra pas se passer des métiers que nous exerçons».