Les iPhone-addict sont aux abois. Cette année, le nouvel iPhone aura pris beaucoup de retard… Traditionnellement dévoilé en juin, la nouvelle version du best-seller d’Apple ne pourrait être lancée qu’en septembre ou octobre. Et comme tous les ans, les spéculations vont bon train sur les caractéristiques du nouveau smartphone. Des sites dédiés sont mêmes consacrés aux nouveautés attendues sur le nouvel appareil et les spéculations des différents sites spécialisés. Il est aussi possible de trouver des photos montées ou "volées" de l’iPhone 5.

Apple entretient efficacement le mystère autour de son iPhone 5, mais prend le risque de décevoir sur les performances et les innovations de son appareil. Les fans ont passé en revue toutes les hyptohèses : un écran plus grand, un appareil photo 8 millions de pixels, le NFC (paiement sans contact), la 4G… Mais, des analystes craignent que les attentes soient trop élevées et que la nouvelle version ne soit qu’un iPhone 4S c'est-à-dire une simple amélioration sans innovations majeures.

Apple sous pression...

Il faut dire que les enjeux sont extrêmement importants pour la firme à la pomme. L’innovation et le renouvellement de la gamme sont les seuls moyens de maintenir la part de marché de l’iPhone face à l'offensive de Samsung soutenu par Androïd, le système d'exploitation de Google. Sans compter la contre-attaque de Nokia qui veut reprendre du poil de la bête avec une nouvelle gamme équipée de Windows Phone. Mais c'est le rachat de Motorola par Google qui a démontré que la bataille des géants de l’informatique et de l’internet s’était définitivement déplacé sur le terrain des smartphones.

La dernière rumeur en date pose une nouvelle problématique à l’iPhone, celles des pays émergents. D’après Reuters, Apple s’apprête à commercialiser un iPhone « low cost ». Le design reprendrait celui de l’iPhone 3 et le stockage serait de 8 go contre 16 go pour le plus petit des iPhone 4. L’agence de presse parle d’un prix autour de 200 euros. Si cette information se confirme, elle signifierait un revirement dans la stratégie d’Apple dans les smartphones. Il s’agit de sortir d'un positionnement haut de gamme qui empêche d’envisager une stratégie de volume. Or, Android est en passe d’imposer sa plateforme comme référent dans le monde des smartphones et tout ce que cela implique dans les standards de développement des applications. Le système d’exploitation pour mobile de Google pourrait ainsi remporter la bataille de la publicité pour mobile au cœur de sa stratégie.

Enfin, le dernier motif qui pousserait Apple à lancer une version moins chère de son smartphone est de répliquer aux copies chinoises qui font craindre un effet d’éviction de ses produits dans les circuits de distribution légaux, voire d’une confusion aux yeux des consommateurs.