Facebook a indiqué avoir généré un bénéfice net en baisse de 157 millions de dollars, soit 8 cents par action en raison de la prise en compte de charges exceptionnelles. Il y a un an, le bénéfice avait été de 240 millions, soit 11 cents par action.
En excluant les charges exceptionnelles, le bénéfice s’élève à 12 cents par action.

Le chiffre d’affaires ressort en progression de 32% à 1,18 milliard à la fin du deuxième trimestre 2012, contre 895 millions de dollars à la fin du deuxième trimestre 2011.
Cette estimation est quelque peu en ligne avec la moyenne des anticipations des analystes. Cependant le rythme de croissance de chiffre d'affaires est en ralentissement. Entre 2009 et 2010, le chiffre d’affaires de la société a presque triplé. A la fin du premier trimestre 2012, ce même chiffre d’affaires avait grimpé de 44%.

En outre la compagnie américaine introduite en bourse au mois de mai dernier, n’a pas pu avancer de prévisions de résultats pour la fin de l’année, comme l’attendaient de nombreux investisseurs.

Mark Zuckerberg a bien tenté de rassurer en déclarant que les nouveaux services dans le domaine de la publicité récemment proposés procuraient des revenus encourageants, et que Facebook était désormais en bonne voie pour construire un business model robuste dans le domaine du mobile.  «En moyenne les utilisateurs de mobile sont 20% plus susceptibles d’utiliser Facebook tous les jours. Le mobile non seulement nous donne la possibilité de connecter plus personnes à nos services mais aussi nous donne la possibilité de fournir plus de valeur et plus d’expérience» a précisé M Zuckerberg.
Celui-ci a ajouté que le nombre global d’utilisateurs actifs du réseau social, par mois, avait augmenté à 955 millions (contre 901 millions fin mars) et que le nombre d'utilisateurs actifs de Facebook sur mobile avait crû de 67% en glissement annuel, à 543 millions.

Ces propos n’ont, toutefois, pas vraiment eu l’effet escompté puisque le cours de l’action a reculé de 11% à 23,83 dollars après clôture, contre un cours d’introduction de 38 dollars.

Les craintes du marché ont été accentuées par l’annonce faite par la société Zynga, dont Facebook tire environ un dixième de son chiffre d’affaires. Les membres de la direction de Zynga ont révisé à la baisse leurs estimations pour 2012.