La Commission fédérale du commerce (Federal Trade Commission), l’organisation gouvernementale des Etats-Unis ayant pour objet la protection des intérêts des consommateurs, mène l’enquête depuis près de deux ans à partir de 9 millions de pages de documents présentés par Google et d’autres parties prenantes et les témoignages des responsables exécutifs de Google.

« Nous avons enquêté de manière exhaustive pour savoir si Google avait des biais dans ses recherches afin de pousser en avant ses propres produits et services, et mettre en retrait les produits et services des concurrents. Après près de deux ans la commission a décidé de clore les investigations. Si certains éléments tendent à penser que Google a essayé d’éliminer la concurrence, sa motivation première apparente est d’améliorer l’expérience des utilisateurs », Jon Liebowitz, directeur de la FTC.

«La conclusion est claire, les services de Google sont bons pour les utilisateurs et bons pour la concurrence» conclut David Drummond, vice-président de Google, chargé du développement et de la direction juridique.

La décision s’inscrit en opposition des allégations formulées par Microsoft. Pour ce dernier, l’existence de biais dans le moteur de recherche de Google ne fait pas de doute.
Par ailleurs, la compagnie jouit d’un monopole en refusant de construire une application Youtube pour les téléphones conçus par Microsoft utilisant Windows.
«A ce jour Google continue à bloquer Microsoft de la possibilité de donner à ses propres clients l’accès à Youtube sur ses téléphones mobiles. Or l’application Youtube sur les plateformes Android et Apple ont figuré parmi les applications les plus téléchargées en 2012» a commenté David Heiner, vice-président et avocat général adjoint de la firme.

Celui-ci, déçu par la décision des autorités continue, « nous pouvons espérer que Google va commencer la nouvelle année avec la résolution de changer sa manière de fonctionner en se conformant aux lois antitrust. Si tel n’est pas le cas, nous pouvons espérer que 2013 sera l’année où les autorités antitrust auront reporté à plus tard la résolution des déficiences de Google ».
Dans le cas où la suspicion d’un comportement délictueux de Google par Microsoft persistait, cette dernière pourrait toujours se retourner vers le département de la justice des Etats-Unis pour réclamer une nouvelle enquête.

La FTC n’a pas été sans reproche envers Google. Elle a notamment critiqué le comportement de sa filiale mobile, Motorola, qui utilise des brevets pour tenter de bloquer la concurrence et prélever des paiements importants.
Motorola se serait engagé dans des pratiques déloyales avant que Google ne procède au rachat de la société en août 2012. Cependant Google aurait poursuivi ces pratiques après l’opération.

Des modifications ont été imposées à Google. La compagnie devra, entre autres, arrêter de racler le contenu d’autres sites, autoriser le désengagement d’autres sites et entreprises dans les résultats de la recherche verticale comme Google Local et Google Shopping sans conséquence pour ces sites et ces entreprises dans les résultats de la recherche générale.

Google est encore en discussion avec le département antitrust de la Commission européenne pour une enquête similaire. Celle-ci pourrait découler sur d’autres changements imposés à Google.
Le commissaire de la concurrence, Joaquim Almunia, a signalé en décembre espérer atteindre un accord avec Google d’ici la fin du mois de janvier.