Le groupe de services informatiques Atos a annoncé lundi une OPA amicale sur son compatriote Bull qui doit lui permettre de renforcer son offre de traitement de données et de sécurisation de systèmes informatiques.

Ce mariage, qui a déjà été approuvé par le conseil d’administration de Bull, donnera naissance « au numéro un du cloud en Europe et à l’un des principaux leaders dans la cybersécurité », affirme le groupe dans un communiqué. « Bull apportera des capacités critiques et complémentaires dans le Big Data qui, combinées aux solutions d’Atos, créeront une offre intégrée unique dans ce segment à forte croissance », ajoute-t-il.

Bull a réalisé l’an dernier un chiffre d’affaires stable de 1,26 milliard d’euros, mais son bénéfice net a été divisé par trois à 10,9 millions d’euros et le groupe a dû mettre en oeuvre un plan sur trois ans pour redresser sa rentabilité.

L’offre, en numéraire, est fixée à 4,90 euros par action Bull, soit une prime de 22% par rapport au cours de clôture de vendredi, et de 30 % par rapport au cours moyen pondéré des trois derniers mois. Une offre de rachat des OCEANEs (obligations convertibles) en circulation est également proposée au prix de 5,55€.
Sur une base totalement diluée, Bull est ainsi valorisé à environ 620 millions d’euros. En cas de succès de l’opération (au moins 50% des titres apportés), Bull sera retiré de la cote. L’opération a été approuvée à l’unanimité par les conseils d’administration des deux groupes et les deux principaux actionnaires de Bull, Crescendo Industries et Pothar Investments, se sont engagés à apporter leurs titres (24,2% du capital).

La fusion aura pour effet d’« accélérer » les réductions de coût chez Bull et dégagera par ailleurs 80 millions d’euros de synergies, selon Atos. Elle devrait être relutive dès la première année.

Vers 10h40, l’action Atos gagne 4,7% sur un marché en hausse de 0,3%, tandis que celle de Bull s’envole de 21% à 4,86 euros.