5 milliards de dollars de titres libellés en monnaie unique pourraient être placés.

Apple veut profiter des taux historiquement bas en Europe. L’argent collecté devrait permettre à la société dirigée par Tim Cooke de financer ses opérations de rachat d’actions et le versement de dividendes à ses actionnaires.

La majeure partie de la trésorerie d’Apple-de plus de 155 milliards de dollars-est détenue en dehors des frontières américaines. Le rapatriement de cette masse de liquidité couterait énormément cher à la compagnie  en raison de la fiscalité imposée.

C’est la raison pour laquelle Apple a décidé d’emprunter, pour financer son programme de retour de capital, en plus d’utiliser son cash disponible sur le territoire des Etats-Unis, .

Apple a procédé à la levée de 17 milliards de dollars sous forme d’obligations en 2013. 12 milliards supplémentaires ont été placés depuis le début de cette année. La demande des investisseurs s’était élevée au total à 40 milliards de dollars.
La firme a payé un taux de 1,068% pour des titres d’une maturité de trois ans et 4,483% pour des titres d’une maturité de 30 ans.

Jusque là, Apple n'avais jamais envisagée une adjudication en euro. 

L’opération  de cette semaine sera gérée par Deutsche Bank et Goldman Sachs.

A noter que d’autres sociétés de haute technologie comme Microsoft ont également privilégié l’option de l’emprunt pour rémunérer leurs actionnaires.

Par ailleurs, depuis janvier les entreprises américaines ont émis 64,5 milliards de dollars d’obligations en euro. C’est le plus important montant enregistré depuis 2008. Verizon Communications a levé 3,7 milliards de dollars d’obligations en euros.