Un trimestre d’anthologie. Apple a pulvérisé tous les records de bénéfices au premier trimestre de son exercice décalé (octobre-décembre), profitant de l’engouement des Chinois pour l’iPhone et malgré une chute des ventes de tablettes iPad.

Le chiffre d’affaires du groupe s’est établi à 74,6 milliards de dollars, en hausse de 29,5% sur un an. Les analystes attendaient en moyenne 67,69 milliards de dollars, tandis qu’Apple avait avancé en octobre une fourchette comprise entre 63,5 et 66,5 milliards de dollars. La marge a été considérablement améliorée à 39,9%, contre 37,9% il y a un an, grâce à l’augmentation du prix moyen de l’iPhone, passé de 637 dollars l’unité à 687 dollars. Le smartphone représente à lui seul 68% du chiffre d’affaires du groupe. «La demande pour l’iPhone est impressionnante et surprenante», a commenté Tim Cook, le PDG d’Apple, ajoutant qu’il est difficile d’expliquer de tels volumes.

Hausse du dollar

Le bénéfice net du groupe atteint un niveau jamais vu pour une entreprise cotée : 18,02 milliards de dollars, en hausse de 38% sur un an. Le record était jusqu’ici détenu par le géant pétrolier russe Gazprom (16 milliards de dollars au premier trimestre 2011) devant l’américain ExxonMobil (15,9 milliards de dollars au deuxième trimestre 2012).

Pour le trimestre en cours, Apple table sur un chiffre d’affaires compris entre 52 et 55 milliards de dollars, avant la commercialisation de l’ « Apple Watch » en avril. Cette montre connectée est censée créer un nouveau marché pour le groupe qui est par ailleurs confronté à une baisse tendancielle de ses ventes de tablettes (-17,8% sur le trimestre écoulé). Reste à savoir dans quelle mesure Apple sera impacté ces prochains mois par la hausse du dollar, qui renchérit ses produits par rapport à ceux de ses concurrents asiatiques.

A Wall Street, le titre bondissait de 5,55% à 115,20 dollars vers 1h45 dans les échanges électroniques suivant la clôture de la séance de mardi.