Criteo, pépite française de l’internet cotée au Nasdaq, ne déçoit pas les espoirs placés en lui. L’entreprise spécialiste du ciblage publicitaire sur internet a dévoilé des revenus en hausse de 70% en 2014, à 304 millions d’euros, et un bénéfice net de 35 millions d’euros contre seulement 1 million en 2013.

« Ces résultats sont meilleurs que ce que l'on prévoyait. Nous avons acquis plus de 600 nouveaux clients au quatrième trimestre, ce qui est un record dans l'histoire de Criteo », a souligné à l'AFP son PDG et cofondateur Jean-Baptiste Rudelle.  Pour 2015 il prévoit un chiffre d’affaires compris entre 433 et 440 millions d’euros et un résultat d’exploitation d’environ 110 millions (79 millions en 2014).

Criteo a par ailleurs annoncé mercredi l’acquisition pour au moins 10 millions d’euros de la société DataPop, basée à Los Angeles, qui emploie 40 salariés. DataPop, dont le prix exact n'a pas été révélé, apporte à Criteo une technologie permettant de relier les produits présents dans les catalogues des distributeurs aux intentions d'achat des internautes, et d'optimiser ainsi les recommandations.

Critéo est aujourd’hui l’un des leaders mondiaux du « retargeting », une technologie qui consiste à acheter et revendre en quelques millisecondes aux annonceurs des emplacements publicitaires sur internet, grâce à des algorithmes de prédiction. La société, créée en 2005 à Paris, emploie aujourd’hui 1300 personnes dans une quinzaine de pays.

Le titre devrait ouvrir en hausse mercredi après avoir bondi de 5,4% hier.