C’est un ambassadeur discret du savoir-faire français à l’étranger. Cap Gemini, premier groupe européen de conseil et de services informatiques, a publié jeudi des résultats en forte croissance au quatrième trimestre et sur l’ensemble de l’année écoulée. Son chiffre d’affaires a atteint 10,5 milliards d’euros contre 10 milliards en 2013, tandis que les prises de commandes ont bondi de 13%.

S’il évoque un contexte « peu favorable » en Europe continentale, le groupe a bénéficié du dynamisme du marché nord-américain, où ses ventes ont bondi de 8,5% à taux de change constants. L’Inde est l’autre grand moteur de croissance et de rentabilité. Cap Gemini y emploie 56 000 personnes, soit 47% de ses effectifs.
Le résultat d’exploitation, en hausse de 18,5% à 853 millions d’euros, a permis au groupe d’améliorer sa marge d’un point à 8,1%. Le bénéfice net ressort en hausse de 31% à 580 millions d’euros.

A l'affût d'acquisitions

« Dans un contexte où la demande continue de s’améliorer, le groupe prévoit d’enregistrer en 2015 une croissance de son chiffre d’affaires, à taux de change et périmètre courant, se situant entre 3% et 5% et un taux de marge opérationnelle compris entre 9,5% et 9,8% », précise-t-il dans un communiqué. Il mise sur les services innovants notamment en matière d’informatique dématérialisée (cloud computing), d’analyse de données (big data) et de cybersécurité.

Le groupe, qui affiche une trésorerie de 1,2 milliard d’euros et un endettement nul, envisage d'utiliser une partie de ces liquidités pour des acquisitions. Il a également annoncé le versement d’un dividende de 1,20 euro par action contre 1,10 euro l’année dernière et le lancement d’une première tranche de rachat d’actions à hauteur de 100 millions d’euros.

Vers 15h50, le titre grimpe de 4,9% sur un marché parisien en hausse de 0,2%.