L’intégration d’Altera devrait permettre à Intel de créer une nouvelle catégorie de produits accordant aux clients une significative amélioration de performance, un amoindrissement des couts et un surplus de flexibilité, a souligné le directeur financier d’Intel, Stacy Smith.

Altera fabrique notamment des processeurs pour réseaux téléphoniques, systèmes d’exploitation pour serveurs, voitures et autres appareils électroniques.

Intel a accepté d’offrir 54 dollars par action pour racheter Altera. La prime s’élève ainsi à 10,5% si l’on se fie au cours de bourse de vendredi de cette dernière. Cela représente, par ailleurs, 9 fois les revenus futurs d’Altera.

A l’annonce de cette opération potentielle, la valeur de l’action d’Altera a cependant reculé à 51,78 dollars, bien en dessous du prix proposé par Intel. Les investisseurs s’attendraient à ce que la transaction soit confrontée à des obstacles d’ordre réglementaire.

L’action Intel s’est, quant à elle, repliée de 1,7% à 33,86 dollars.

A noter qu’au delà de ce deal avancé par Intel, deux autres grands rapprochements se sont déroulés cette année dans l’industrie des composants électroniques. La semaine dernière, Avago Technologies a signalé son désir de racheter Broadcom Corp pour 37 milliards de dollars. En mars, NXP Semiconductors a consenti à acquérir Freescale Semiconductor pour 12 milliards de dollars.