Le spécialiste français de la sécurité numérique est également l’un des principaux fournisseurs de cartes SIM dans le monde. Il en produirait près de deux milliards chaque année à destination de différents opérateurs, dont le français Orange. En cas de changement d’opérateur il faut changer de carte SIM. C’est ce modèle qu’Apple veut casser, en introduisant une « carte SIM universelle » scellée dans ses téléphones et tablettes. Et la firme à la pomme aurait fait des émules.

D’après le Financial Times, la GSMA, association représentant 850 opérateurs de téléphonie mobile, pourrait annoncer prochainement un accord pour produire une carte SIM universelle, en accord avec les deux principaux fabricants de téléphones portables que sont Apple et Samsung. Des discussions sont en cours et les premiers appareils équipés de cette puce pourraient être disponibles dans un an, selon le FT. AT&T, Deutsche Telekom, Etisalat, Hutchinson Whampoa, Orange, Telefónica et Vodafone seraient parmi les opérateurs intéressés.

Il reste difficile d’évaluer l’impact de ces changements pour Gemalto. Le français a lui aussi travaillé sur la carte SIM universelle et propose d’ores et déjà des cartes reprogrammables capables de basculer d’un opérateur à l’autre. Mais la concurrence d’un géant comme Apple sur cette technologie fait peur. Vers 16h45 le titre dévisse de 5,2% sur un marché parisien en hausse de 1,6%. Il avait déjà chuté de 11% sur une séance il y a neuf mois lorsque le groupe américain avait dévoilé son projet « Apple SIM ».

A lire également sur ce sujet, l'éclairage de Stéphane Houri, analyste chez Natixis (24/10/2014).