La saison des résultats trimestriels bat son plein outre-Atlantique. Hier après la clôture des marchés Apple et Microsoft ont fait le point sur leur activité au printemps. Malgré un nouveau record de bénéfices pour Apple, la firme à la pomme n’a pas satisfait les attentes, toujours très fortes. Quant à Microsoft, ses bénéfices ont chuté de 45% sur l’exercice clos fin juin en raison de charges exceptionnelles au quatrième trimestre. Les deux titres risquent d’être chahutés ce mercredi à l’ouverture de Wall Street.

Apple: des records pas suffisants

Chiffre d’affaires en hausse de 33%, + 38% pour les bénéfices : les résultats trimestriels d’Apple peuvent à juste titre être qualifiés d’ « exceptionnels » par le patron Tim Cook. Le groupe a encore une fois dépassé les attentes des analystes…sauf en ce qui concerne les ventes d’iPhone, principal baromètre de la puissance commerciale et marketing du groupe. Les ventes ont atteint 47,5 millions d’unités sur le trimestre (+35%), au lieu des 48,8 millions visés par le consensus. Par ailleurs Tim Cook n’a pas livré de détails sur les ventes de la montre connectée, iWatch, lancée fin avril, qualifiant simplement son démarrage de « spectaculaire ». Enfin, même si elles sont très proches du consensus, les prévisions de chiffre d’affaires pour le quatrième trimestre (juillet-septembre) – entre 49 et 51 milliards de dollars - ont été qualifiées de décevantes par certains commentateurs. L’action Apple a perdu jusqu’à 7% mardi dans les échanges électroniques après-bourse.

Nokia plombe le bénéfice de Microsoft

Microsoft de son côté éprouve toujours autant de difficultés à pénétrer le marché des smartphones. Le groupe qui avait racheté les activités mobiles du finlandais Nokia il y a un an estime que ces actifs ne valent plus rien. Il a passé une dépréciation de 7,5 milliards de dollars dans ses comptes du quatrième trimestre (avril-juin) qui se solde par une lourde perte, 3,2 milliards, la deuxième de son histoire. Sur l’ensemble de l’exercice écoulé le groupe de Redmond affiche un bénéfice en baisse de 45% à 12,2 milliards de dollars alors que son chiffre d’affaires a progressé de 8% à 98,5 milliards. La réaction des marchés a été plus mesurée avec une baisse de 3% du titre dans les échanges électroniques. Microsoft aura une chance de se rattraper le 29 juillet avec la présentation de Windows 10, la dernière version de son système d’exploitation dont il espère équiper un milliard d’appareils (PC, consoles et mobiles) d’ici trois ans.