Rien ne fait peur à Uber, pas même l’immense marché chinois. Le service américain de réservation mobile de voiture avec chauffeur Uber a levé 1,2 milliard de dollars afin d'accélérer son développement dans l’Empire du Milieu, indique l’AFP.

Le « Google chinois » Baidu, déjà actionnaire de la start-up californienne, aurait participé à ce nouveau tour de table. Ce dernier n'est pas encore terminé, et "des centaines de millions supplémentaires" devraient encore s'y ajouter, ajoute l’AFP. Uber avait annoncé courant juin son intention d'investir plus d'un milliard de dollars en Chine, un pays en voie de devenir son premier marché mondial mais où il est confronté à une vive concurrence locale. Son principal rival est Didi Kuaidi, qui avait annoncé début juillet avoir réussi à lever 2 milliards de dollars en deux semaines.

Au-delà de son expansion mondiale cette nouvelle levée de fonds pose la question de l’introduction en bourse d’Uber. L’entreprise est déjà valorisée à 50 milliards de dollars, bien qu’elle ne soit pas cotée, et n’a semble-t-il aucun mal à trouver de nouveaux investisseurs. Outre le chinois Baidu, l’indien Tata a récemment annoncé un « investissement significatif » dans le développement du service en Inde. Quant aux fonds d’investissements qui détiennent une bonne partie du capital, ils ne semblent pas pressés de sortir.