La présence du ministre de l’économie Emmanuel Macron pour les premiers pas en bourse de Showroomprivé n’a pas suffi à susciter l’engouement des investisseurs. Le titre, coté sous le nom de SRP groupe, a subi une baisse de 10% dans les premiers échanges avant de se reprendre légèrement, ne cédant plus que 7% vendredi en milieu d’après-midi.

Showroomprivé avait fixé jeudi soir à 19,50 euros le prix d’émission de ses actions, dans le bas de la fourchette initialement envisagée (19,5 – 26,3 euros). Le groupe a tout de même levé 256 millions d’euros lors de cette IPO, ce qui en fait la plus grosse introduction en bourse d’une société technologique en France depuis 2006 (SeLoger). L’opération comprenait une augmentation de capital de 50 millions d’euros et une cession de titres existants de 176 millions d’euros par les cofondateurs Thierry Petit et David Dayan, ainsi que par le fonds américain Accel.

« L’introduction en Bourse a rencontré un grand succès auprès des investisseurs institutionnels français et internationaux, démontrant l’attractivité du modèle de croissance rentable de Showroomprivé », a affirmé le groupe. C’est « une étape supplémentaire dans notre développement qui permettra d'accroître notre visibilité, notamment à l'international, et de disposer d'armes supplémentaires pour continuer à grandir ». Le groupe fondé en 2006 veut accélérer son développement en Europe, où il est présent dans sept pays, mais vise également le marché chinois. Il compte d’ailleurs parmi ses nouveaux actionnaires son alter ego chinois, Vipshop, qui a souscrit à hauteur de 30 millions d’euros à l’offre réservée. Showroomprivé espère ainsi doubler son chiffre d’affaires et sa marge brute d’exploitation, à respectivement 750 millions d’euros et 8%, d’ici 2018.