Soitec a dévoilé mercredi un plan de recapitalisation d’un montant compris entre 130 et 180 millions d’euros, afin de renforcer sa situation financière et de poursuivre ses activités dans les matériaux semi-conducteurs innovants. Le groupe, qui a accusé une perte de 42,5 millions d’euros au premier semestre de son exercice décalé (2015-2016), entend concentrer ses efforts sur la production de « FD-SOI », une technologie de semi-conducteurs qu’il a développée avec STMicroelectronics et le CEA-Leti.

« La décision de Soitec de renforcer ses investissements de capacité pour la production de FD-SOI s'inscrit dans le cadre de la stratégie de refocalisation de ses activités dans le domaine de l'Electronique et des perspectives prometteuses liées à l'adoption à grande échelle du FD-SOI par l'industrie des semi-conducteurs : deux des quatre plus grandes fonderies mondiales ont annoncé leur entrée en phase de production de masse et la fabrication de plusieurs lots industriels utilisant les plaques FD-SOI », explique-t-il. Cette nouvelle augmentation de capital va permettre à Soitec « de financer les investissements de capacité nécessaires à la production de FD-SOI 300 mm sur le site de Bernin II (France) et capter ainsi le fort potentiel de croissance des marchés dédiés à l'électronique grand public, à l'automobile et aux applications industrielles ». Une partie servira également à rembourser ses emprunts à échéance mai 2016 et à racheter ses Océanes 2018.

Vers 11h30 le titre rebondit de 4% après avoir perdu 23% depuis le début de l’année.

Actionnaires stratégiques

La recapitalisation se fera en deux temps : d’abord une augmentation de capital réservée d’un montant de 76,5 millions d’euros à laquelle participeront la banque publique Bpifrance, le fonds d’investissement du CEA et le National Silicon Industry Group ("NSIG"), une holding d’investisseurs chinois spécialisés dans le secteur des semi-conducteurs. Puis une augmentation de capital ouverte au public, avec maintien du droit préférentiel de souscription, pour un montant compris entre 53,5 millions et 103,5 millions d'euros.

A l'issue de ces deux opérations CEA Investissements, Bpifrance et NSIG détiendront chacun 14.5% du capital de la société, avec la possibilité pour le CEA de monter par la suite jusqu’à 15%, et interdiction à NSIG de faire de même. « Le premier sujet était de consolider et stabiliser notre actionnariat car nous avions en face de nous des échéances importantes », a expliqué Paul Boudre, PDG de Soitec, au cours d'une téléconférence de presse. « Mais le long terme était encore plus important pour nous car il nous fallait nous entourer de partenaires financiers qui soient aussi stratégiques pour la compagnie ». Une assemblée générale extraordinaire sera convoquée dans les prochaines semaines afin de valider ce schéma.