Cinquième groupe mondial de services informatiques et d'ingénierie (SSII), Atos a poursuivi sa forte croissance en 2015 avec un chiffre d’affaires en hausse de 18%, à plus de 10 milliards d’euros, et un bénéfice net augmenté de moitié à 400 millions d’euros. La marge opérationnelle a progressé de 0,5 point à 8,3%. De quoi satisfaire Thierry Breton, le PDG du groupe, qui se veut optimiste pour l’exercice en cours : «2015 a été un très bon exercice pour Atos et nous envisageons une année 2016 encore meilleure à tous points de vue. Nous anticipons une augmentation du résultat net d’au moins 30% en 2016», a-t-il commenté dans un communiqué.

Le titre s’adjuge la seule hausse significative du SBF 120 à la mi-journée (+3,1%) sur un marché en baisse de 2%. Les analystes saluent des résultats supérieurs aux attentes et des perspectives encourageantes.

La croissance du groupe a notamment été portée en 2015 par les rachats de Bull et Xerox ITO, filiale de l’américain Xerox spécialisée dans les services informatiques. Quant à Worldine, filiale d’Atos spécialisée dans le paiement et les transactions électroniques et introduite en bourse en 2014, elle a contribué à hauteur de 1,17 milliard d’euros au chiffre d’affaires (+4,7%). Toutes les branches d’activité du groupe (infogérance / conseil et intégration de systèmes/ big data et cybersécurité) ont contribué positivement au résultat.

Pour 2016, outre une nouvelle hausse du bénéfice net, le groupe table sur une croissance organique du chiffre d’affaires de plus de 8% et sur une marge opérationnelle comprise entre 9 et 9,5%. « Avec une solide dynamique commerciale au quatrième trimestre et une forte visibilité fournie (...) par des contrats pluriannuels, nous sommes parfaitement positionnés en 2016 pour continuer d'améliorer la croissance de notre chiffre d'affaires et accroître substantiellement notre profitabilité », a affirmé Thierry Breton.