Le géant américain des puces électroniques Intel a annoncé lundi avoir racheté Mobileye, une société israélienne spécialisée dans des systèmes anti-collisions et d'assistance à la conduite de véhicules, pour plus de 15 milliards de dollars. L'opération s'élève à un montant "approximatif" de 15,3 milliards de dollars (14,3 milliards d'euros), a précisé Intel dans un communiqué. Elle doit permettre "d'accélérer l'innovation pour l'industrie automobile et positionner Intel comme un fournisseur leader de technologie sur le marché des véhicules hautement ou totalement autonomes", c'est-à-dire roulant sans conducteur.

Il s'agit d'un montant record pour la reprise d'une société israélienne de haute technologie par un partenaire étranger. Créée en 1999, Mobileye est spécialisée dans la vision artificielle appliquée à l'automobile. Ses caméras intelligentes équipent déjà plusieurs millions de véhicules dans le monde dont ceux de General Motors, Nissan, BMW ou encore Honda. Les analystes estiment que Mobileye occupe 70% du marché des dispositifs anticollisions, élément essentiel de la voiture autonome.

En juillet 2016, Intel avait annoncé un partenariat avec Mobileye et BMW pour le développement de voitures sans conducteur, avec comme objectif de lancer une production en série en 2021. Intel estime que l'ensemble des systèmes de données et des services liés à la voiture autonome devrait représenter un marché dépassant les 70 milliards de dollars en 2030. Le géant a multiplié les initiatives ces dernières années afin de se positionner sur ce marché prometteur. Le rachat annoncé ce jour ne fait que confirmer ses ambitions.

Un marché en péril pour STMicro ?

Mais cette opération fait aussi peser une lourde incertitude sur le partenariat entre Mobileye et le fabricant franco-italien de semi-conducteurs STMicroelectronics. Ce dernier est en effet l'un des principaux fournisseurs de Mobileye pour ses "systèmes sur puce" dont il développe aujourd'hui la cinquième génération. Ces puces, qui doivent équiper les produits de Mobileye d'ici 2020, sont au cœur de la technologie car elles servent à fusionner les données collectées par les capteurs montés à bord des véhicules pour être ensuite analysées par les algoritmes de conduite autonome. Autrement dit il s'agit d'un "véritable ordinateur central", selon la société israélienne.

Seront-elles remplacées par des processeurs Intel, qui soufflerait ainsi le marché à STMicro ? La question se pose aujourd'hui. Personne chez STMicroelectronics n'était immédiatement disponible pour faire un commentaire. Le groupe avait par ailleurs refusé de s'exprimer à ce sujet lors de l'annonce du partenariat entre Intel, Mobileye et BMW en juillet.

Vers 15h45 le titre STMicro cédait 0,8% tandis qu'Intel lâchait 1,8%. Mobileye, dont le titre est coté à New York et Francfort, flambait de 30% soit la prime consentie par Intel sur le dernier cours.